Les couturières cachées derrière les bracelets du Pakistan : des dizaines de petites mains au travail

par | Avr 8, 2024 | Mode | 0 commentaires

Les couturières artisanes du Pakistan : des mains expertes derrière les bracelets

Les bracelets de verre du Pakistan sont devenus un élément incontournable de la mode pakistanaise et des célébrations religieuses comme la fin du ramadan. Derrière ces bijoux colorés se cachent des artisans verriers talentueux et des couturières expertes dans l’ornementation de ces accessoires. Ces bracelets, connus sous le nom de « churi » en ourdou, sont fabriqués principalement dans la capitale du bracelet de verre, Hyderabad, qui abrite de nombreux ateliers de broderie et de verrerie.

Une réalisation minutieuse qui nécessite des dizaines d’artisans

La fabrication d’un bracelet en verre est un processus complexe qui demande le travail de plusieurs artisans. Il faut compter plus d’une dizaine de personnes pour créer un de ces bracelets. Tout d’abord, un ruban de verre en fusion est enroulé autour d’un cylindre plongé dans un four brûlant. Ensuite, les couturières prennent le relais et ornent les bracelets de perles, de fils brodés entrelacés ou de tissus cousus de pierres brillantes. Cette étape de finition demande une grande délicatesse et un savoir-faire exceptionnel. Chaque bracelet est unique, avec des motifs variés et des couleurs éclatantes.

Un travail artisanal souvent méconnu et sous-estimé

Les bracelets en verre sont très populaires au Pakistan, principalement auprès des femmes. Sur les marchés, les étals regorgent de bracelets de toutes les couleurs, attirant un grand nombre d’acheteurs. Cependant, derrière la beauté des bracelets se cache un travail souvent méconnu et sous-estimé. En effet, la réalisation de ces bijoux demande un effort considérable de la part des artisans. Ils travaillent dans des conditions difficiles, avec une chaleur écrasante et des coupures fréquentes d’électricité. De plus, certains ateliers vont jusqu’à ne pas utiliser de ventilateurs car cela risquerait d’éteindre le feu nécessaire au travail du verre.

Les difficultés des artisans face aux difficultés économiques

Malgré leur talent et leur dévouement, les artisans du bracelet de verre rencontrent de nombreuses difficultés. Tout d’abord, le coût de production augmente progressivement avec l’augmentation du prix du gaz et des impôts imposés par le gouvernement. Cette hausse des dépenses rend la rentabilité de l’activité de plus en plus difficile et entraîne la fermeture d’ateliers. De nombreux artisans se retrouvent ainsi sans emploi, notamment en période de forte demande comme lors de la fête de l’Aïd el-Fitr. Les conditions économiques précaires du pays, où plus d’un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté, n’aident pas à améliorer la situation des artisans.

Valoriser le travail des couturières artisanes du Pakistan

Il est important de mettre en lumière le travail des couturières artisanes du Pakistan qui contribuent à la réalisation de ces magnifiques bracelets en verre. Leur savoir-faire et leur expertise méritent d’être reconnus et valorisés. Les consommateurs peuvent soutenir ces artisans en achetant des produits artisanaux, fabriqués de manière éthique et respectueuse des droits des travailleurs. En favorisant l’achat de bijoux authentiques et en évitant les contrefaçons, nous contribuons au maintien de ces traditions artisanales et nous soutenons les petites mains qui se cachent derrière ces bracelets du Pakistan.

Style et cookies au programme !
Chaque clic devient une découverte chez Maison Paris. Partez à l'aventure avec nous !
J'accepte
Je refuse
Privacy Policy